Le parapluie poisson bleu

Publié le par Camille


Ça avait commencé comme beaucoup de journées depuis deux mois. Je me réveille dans ses bras. A lui. Réveil brouillard. Se lever à dix heures. Hier il a voulu m' apprendre la guitare. Électrique. Ça m'a plu. Se sentir un peu capable de quelque chose. C'est bien.  Je suis partie vers dix heures trente. Ah oui il avait un rendez vous. Une réunion. C'était ça. Tout les matins de la semaine, il a eu quelque chose. Pas moyen de dormir. En même temps, on se sent moins coupable quand on a fini la journée. On a moins traîné, moins glandé.

Mais même dix heures, c'est déjà trop tard... Il pleuvait ce jour là. J'avais rien fait de ma journée comme d'habitude. Si. Tout était une série de mini-catastrophes. J'avais passé mon après midi à essayer des habits que je trouvais superbes sur le porte manteau. Mais moi, je me trouvais immonde dedans. Pour la millième fois, devant la glace, je m'étais promis de plus manger. Plus rien. Faire l'impasse sur les céréales le matin, les nouilles-steak le midi, le quatre quart à quatre heures, la crème de marrons le soir, et la bière le jeudi soir.... Le comble, une fois que j'ai eu choisi mes vêtements que j'allais acheter, ils n'ont jamais pu accepter ma carte. Situation détestable. En plus j'ai cru que j'allais être en retard pour aller chercher les filles à l'école. Sur le chemin de l'école, je pleurais. J'avais peur. Je me disais les filles vont être horribles avec moi, il va me quitter ou je vais bien me noyer ce soir à la piscine...

Comme il pleuvait, Suzie avait emporté son parapluie. Je le détestais ce parapluie. Elle s'en servait comme d'une arme. Elle le balançait à la tête de tout le monde. En fait, j'en avais une trouille terrible. Suzie m'a réclamé un goûter, mais n'a pas insisté. Et c'est la que le parapluie poisson bleu est arrivé.

Suzie était assez calme, comparé à d'habitude. C'est en arrivant dans la grande rue de l'école de sa soeur qu'elle m'a présenté son parapluie poisson bleu. C'est lui qui m'a consolé ce jour là. D'abord il faut que je vous décrive un peu la tête de ce parapluie poisson bleu. Bon premièrement, c'est un parapluie et il est bleu. Pas très grand et pas très large parce que c'est un parapluie pour les enfants. Mais ce qu'il a de plus original, c'est qu'il a des grands yeux, une petite bouche jaune, et trois petites ailes qui font de lui un poisson parapluie. J'avais déjà remarqué qu'il avait quelque chose de spécial parce que les autres enfants le regardaient avec beaucoup d'envie. Mais de là à penser ça...
"Tu sais, mon parapluie, il réalise les voeux que tu lui demandes !"
Et là vous vous dites, ce n'est que ça!!!!!
Sauf que Suzie ne m'a pas dit ça comme le dirait un fabuleur d'histoires à gnangnan... Suzie a pris soudain un ton très grave et solennel. On ne pouvait pas dire "oui oui" à cette phrase comme on le fait souvent avec les enfants. On ne pouvait pas faire semblant d'y croire. On ne pouvait  pas se dire " ah ces enfants quelle imagination !". On ne pouvait simplement qu'hocher la tête et  tendre l'oreille pour écouter la suite.
"Oui, tu peux même essayer si tu veux". Qu'elle me dit en me tendant le parapluie. Moi, je voulais bien essayer, mais je ne voulais pas qu'elle sache mon voeu. Ni personne d'ailleurs...
"Il faut le dire tout haut ou on peut le faire dans sa tête ?"
"Oh tu peux le dire dans ta tête, mais il faut que tu bouges les lèvres quand même". Bien
"Et je peux en faire combien ? Un j'imagine ?"
"Non tu en fais comme tu veux!" Une enfant, une vraie, la petite Suzie. Moi elle m'aurait demandé combien de bonbons elle pouvait prendre, je lui aurait dit : "un ça suffit". Elle aurait dit oui sans broncher, parce qu'elle sait bien qu'on est comme ça, trop raisonnables et trop sérieux quand il s'agit de couleurs, de douceurs et de sucré. Mais, elle n'hésitait à me prêter son parapluie magique et que j'en fasse bon usage. A volonté bien sûr.
J'ai fait mes voeux en la regardant. Elle me regardait, l'air béat. Mais elle a bien du voir que j'y croyais pas trop. Ensuite, elle m'a expliqué qu'on pouvait dire son voeu si on voulait, ou bien le garder pour soi. Elle m' a aussi dit son voeu. Elle voulait que ses verrues disparaissent parce que ça lui faisait trop mal. Je ne vous dirait pas les miens.
 Puis sur le chemin du retour, elle a changé de technique.

"Il faut que tu tiennes le parapluie très fort dans tes mains et que tu fermes les yeux".
Je dois vous dire qu'on était sur la rue de l'école et qu'elle était envahie d'enfants et de parents courants dans tout les sens.
"Et arrête toi aussi." Aïe, ça se complique. Mais, moi même je n'en reviens toujours pas, je l'ai fait. C'était magique. Il n'y avait plus personne. Plus tard, sur le chemin, Suzie m'a demandé de lui faire un bisou. Au parapluie poisson. Ben je l'ai fait aussi, que croyez vous...

Voilà comment un enfant peut vous remonter le moral et vous faire croire que ce qu'il raconte est vrai, sans que vous en doutiez d'ailleurs.

N'empêche... Lui et moi, on est toujours ensemble. Le soir, la mère de Suzie et Louisa m'annonçait que mon salaire avait doublé, et mardi j'ai rendez vous avec le responsable de la scolarité de la fac.
Au fait, je vous préviens, il n'existe pas beaucoup de parapluie poisson bleu. Ils sont même en voix de disparition. En fait ce sont plutôt les petites filles comme Suzie qui sont rares, mais ça, on le dit en chuchotant.... Chut!

Publié dans Enfantille

Commenter cet article

Laurent 15/10/2008 18:39

waw ! Superbe histoire que tu nous fais partager, Boumille. J'aime beaucoup.J'aimerais bien avoir un parapluie poisson bleu pour que mes voeux se réalisent.Sinon, je vais mettre ton blog dans mes blogs favoris, si ça te dérange.Bises.

Boumille 17/10/2008 20:08


Bien sûr que tu peux le mettre dans tes favoris !!! Je t'avoue que des parapluies poissons bleus, je n'en ai plus rencontrés et encore moins des petites filles de ce genre...;


violette7 15/08/2008 18:06

P..................j'ai fait comme bambinette...tout avalé c..sec!!!scotchée à cette fille qu'est ma fille d'une partet de l'autre jalouse de la pensée si claire, de l'écriture si belle  puis fière de l'avoir mise au monde..cette fille làben p................

Boumille 16/08/2008 11:14


Je tiens tout ça de toi... je n'ai aucun mérite !


Agnès 14/08/2008 22:04

J'ai tout lu, tout... et j'en voulais encore !J'aime beaucoup ta manière d'écrire, tu as une plume comme on dit des gens qui savent écrire sur leurs sentiments et les choses de la vie.J'ai cru déceler un lien avec une certaine Violette: il me semble que ça doit être une sacrée maman cette femme là et quand je vois la maturité de tes textes, j'espère de tout mon coeur de jeune maman réussir à "élever" mes enfants au sens propre du terme.A très bientôt j'espère et merci de ta visite chez moi !ps: les cabanes jusqu'alors étaient aussi en carton avec customisation au feutre par les enfants. Pas plus tard qu'hier, je leur ai fabriqué une voiture en carton avec un pot de yaourt en guise de girophare !

Boumille 16/08/2008 11:10


Merci pour ce commentaire plus que flatteur, j'essaierai de continuer sur ce chemin là... Je risque de retourner très régulièrement sur Bambino et cie !