Six Feet Under

Publié le par Camille

Six Feet Under... Six pieds sous terre. Ou la série qui parle de la mort en vous donnant envie de vivre. De vivre à fond tous les jours, jusqu'à cette fichue mort angoissante qui arrivera un jour, c'est sûr nous prenne par surprise.
Six Feet Under est la première série qu'on peut regarder de 11h du matin à 1h de la nuit non-stop (ou juste pour aller faire pipi), sans se dire : oulalala qu'est ce que j'ai foutu de ma journée, je suis trop conne, pourquoi je regarde cette série, ça n'a aucun intérêt. C'est la seule qui ne donne pas mal à la tête et qui ne rend pas les yeux qui piquent quand on la regarde plus de 3h d'affilée. C'est la seule dans laquelle on peut se plonger du bout des pieds à la pointe des cheveux, sans remords et sans culpabilités de ne plus faire attention à la vraie vie. Parce que l'ingéniosité de cette série est là. On peut dire qu'elle associe l'utile à l'agréable. C'est une sorte de thérapie relaxante. Car évidemment, la mort on la connaît tous. De près de loin. En fait toujours de près. Parce que quoi qu'on fasse, on pense forcément un jour à notre propre mort. Certains en sont déjà mort d'avance, d'autres se disent que ça arrivera quand ce sera là. Ça peut être moche la mort. Ça l'est tout le temps. Pas dans Six Feet Under. Premièrement, grâce à Rico, qui, préparant les morts de façon admirable met un peu de bonheur et de joie dans le coeur des délaissés. Deuxièmement, parce que parfois, c'est tourné à la dérision (comme la perte du pied d'un boulanger on ne sait où). Et enfin, parce que la famille Fisher en tire toujours une leçon qui les fait avancer. Et nous aussi, on avance. Et plus on regarde, plus on a envie de voir la suite. pas pour savoir qui couchera avec qui et qui mourra, comment, où et pourquoi. Mais parce que plus la série avance, plus on écoute, de plus en plus attentif à cette mort qui nous fait vivre.
Six Feet Under touche un peu à toutes les décadences de la vie : drogue, rejet de l'homosexualité, déprime, folie, incompréhension des autres, libertinage, violence corporelle. Et c' est bourré de catastrophes et de coups bas. On pourrait se dire que ça doit être lourd, qu'on va étouffer. Même pas. On en redemande même. Pour savoir de quelle façon le problème va être résolu. Il ne l'est pas toujours, même rarement pour les problèmes de longue durée. Mais on avance. Toujours. Sans reculer.
Esthétiquement, la série n'a rien de chatoyant. Évidemment. Le soleil est rarement là, on alors pendant un enterrement ou un accident. Les couleurs sont vertes, bleues, grises, marrons, rouges bordeaux, noires et blanches. mais pourtant, rien que esthétiquement, on a plaisir à la regarder. Ce sont des couleurs modernes, qu'on a rarement vues encore.
Du côté des acteurs, bizarrement, ils ont tous un air de déjà vu. Pourtant ils ne sont pas connus. Mais c'est comme si leurs têtes étaient déjà imprimées dans la notre. C'est sûrement pour cette raison qu'on s'attache tout de suite à eux, malgré leur caractère, au début seulement, pas attachant du tout, justement.
Voilà, M6 avec Un Dos Très,(même Desperate Housewifes), France 3 avec son Plus Belle la Vie, et la 1 avec Amour Gloire et Beauté, Sous le Soleil et Dawson, même AB1 avec le pourtant génialisme Friends peuvent aller se ranger. Celui là(Alan Ball et son équipe) avec son Six Feet Under à tout compris.


 


Publié dans Critiques

Commenter cet article

voyance en ligne gratuite 29/07/2016 14:56

Super blog, j'adore vos articles et reportages, bonne continuation.