Mon père, ce lunaire.

Publié le par Boumille




Je n'irai pas jusqu'à dire que mon père est un héros, pour la simple et bonne raison que cette expression me rappelle trop le film avec Gérard Depardieu et Marie Gillain (film que j'adore du reste), mais bon du coup c'est pas trop l'image que je me fais du héros. Et de mon père. Parce qu'en fait c'est un héros.

On était là tous les deux à regarder deux des frangins se battrent comme des pouilleux. Ma mère, elle prenait des photos. Elle prend des photos de tout. Tout le temps. Bon, c'est pas de sa faute, c'est vrai que tout dans la vie serait à immortaliser. Alors là je dis à mon père : " eh ben , t'es bien baré, avec tout ça". Et lui qui me répond : "heureusement que t'es là pour remonter le niveau". Petite galéjade tout à fait.... Bref petite galéjade.

Non mais c'est lui, le héros qui supporte tout ces fous sans péter les plombs. Alors, il faut bien le pardonner. Et ce dire que parfois, mon père, c'est normal, s'il est un peu brindzingue.

Parce que c'est comme même un catalogue de luneries, mon père. Des fois, il s'aperçoit pas que je suis dans la pièce avec lui avant 5 minutes au moins. Une fois, il a fait déteindre mon collant rose de danse en vert chewing-gum de Hollywood. La classe. Souvent, il faut lui répéter dix fois le programme de la journée. Régulièrement, il met deux heures pour petit déjeuner avec sa gamazine de musique. Une fois (c'était quand on était encore parisiens), il m'a emmenée à l'école dans la Choupette (une Coccinelle) et dès que j'ai eu le pied posé par terre, vroum il est parti. Sauf que mon pied (l'autre) il était encore dans la ceinture. Ouai. Je vous fais pas de dessin, je me suis éclatée la lèvre contre le trottoir. Bisous bisous. Pendant les vacances, il perdait toujours son tabac. Alors il en rachetait. Evidemment après il rachetait des paquets. Après il les a retrouvés, alors il en avait plein. Trop.

Je lui en veux pas à mon père. Je pourrai pas d'ailleurs. Ben oui. Je suis comme lui.

Pourquoi tu crois que j'ai oublié le téléphone de mon amoureux dans son linge et qu'après je l'ai mis dans la machine à laver ? Que j'ai perdu mon portefeuille dans le train quand j'avais 15 ans ? (D'ailleurs j'ai perdu mes lunettes dans le train quand j'avais 21 ans, ah zut j'ai 21 ans, oups...) Que je perds toujours mes clefs ? Que je me casse toujours la figure  (en propre, pas en figuré). Et tu te rappelles, Papa, ce jour où on a loupé le train ? (c'était pas parce qu'on était allés s'acheter un gamazine ? Faut pas le dire à Maman). Et aussi que je vois jamais, moi, quand y a un billet de 20€ qui traine par terre (toi non plus je suis sûre hein ?).

On est pareil, on préfère avoir le nez dans le ciel pour pas voir que les trottoirs, des fois c'est pas joli, joli....
Ouai, Papa, t'es mon héros, mon lunaire, celui qui me fait les Ti'nouilles mieux que personne...

Merci Maman, de m'avoir donné un papa comme ça.


Publié dans J'invente ma vie

Commenter cet article

voyance par mail rapide 27/02/2017 16:34

Très beau blog, merci pour les détails sur les prises de vue, ça va me faire progresser.

gay telephone 08/06/2016 17:34

Génial ! Merci pour cet article, comme d’habitude très complet et vraiment pertinent !

illou 10/09/2008 08:59

belle déclaration d'amour d'une fille à son père! Très touchant.

Boumille 10/09/2008 14:53


J'ai pas fait exprès de faire une déclaration, je voulais écrire quelque chose drole sur mon père, et voilà...


violette7 09/09/2008 21:01

merci......tu es encore mieux qu'une fille en réveje savais en t'acceuillant au NORIER que nous allions vivre ensemble de beaux moments et que nos sentiments seraient toujours très proche un énormes bisoussssssssss de ma planete

violette7 09/09/2008 18:21

Répétita par chanson, je t'ai tant entendu me la faire entendre: Ton père s'était un coup de foudre pour moi, comme quoi, même sur la lune, y'a de l'orage!"Comment t'as fait maman,Pour savoir que papaBeau temps et mauvais tempsIl ne partirait pasEst-ce que t'en étais sûreOu si tu savais pasEst-ce que les déchirures ça se prévoit.Comment t'as fait mamanPour trouver le bon garsTu l'as connu comment,Tu l'as aimé pourquoiEst-ce qu'il y en avait juste unDans tout le présent siècleEt y s'trouve que c'est toi qui dort avec{Refrain:}Comment t'as pu trouver,Un homme qui n'a pas peurQui promet sans tremblerQui aime de tout son cœurJ'le disais y a longtempsMais pas d'la même manièreT'as d'la chance mamanLe plus fort c'est mon pèreComment ça s'fait mamanQue dans ma vie à moiAvec autant d'amantsAvec autant de choixJe n'ai pas encore trouvéUn homme comme lui,Capable d'être ami, père et mariComment t'as fait mamanPour lui ouvrir ton cœurSans qu'il parte en courantAvec c'que t'as de meilleurEst-ce qu'il y a des mots magiquesQue t'as dits sans t'rendre compteExplique-moi donc c'qu'y faudrait que j'raconte.{Refrain}Quand j'ai l'air d'les aimerLes hommes changent de regardSi j'ose m'attacherY s'mettent à m'en vouloirSi je parle d'avenirY sont déjà loin derrièreJ'avais raison d'le dire,Le plus fort c'est mon père.Vas-tu m'dire mamanComment t'as pu savoirDès le commencement,Qu'c'était pas un trouillardQu'il allait pas s'enfuirEt qu'il allait tout fairePour que je puisse direLe plus fort c'est mon pèreQuel effet ça t'as faitQuand tu l'as rencontréEst-ce que ça paraissaitQu'il allait tant t'aimerLes hommes bien souventParaissent extraordinairesMais dis-toi bien mamanQu'le plus fort...c'est mon père."