Play... Stop.

Publié le par Boumille

Cette photo n'a aucun rapport réél avec cette histoire. Juste du sens.

Dans la vie, il existe parfois un peu trop de tout. Et puis malgré que ça fasse partie de la vie, ou plutôt que ça la finisse, c'est innommable.

Non je ne vois pas de mots pour raconter la mort. A part la vie qui reste après la mort. Et la vie qui a été avant la mort.

Alors, c'est bien là, je ne connaissais pas F. personnellement, ou juste cette grande silhouette, une main qui se lève pour dire bonjour quand on se croise, un sourire confiant et des yeux plein de rire. C'est une personne de moins sur un tableau multicolore. Tableau de mon enfance et adolescence dans un pays où il fait bon être nostalgique.

Je suis passée ce matin là, en sachant amèrement qu'il n'y aurait pas de silhouette. Juste les volets fermés. Et le vide. La réalité avait fait place devant la maison. J'ai allumé la musique à fond pour mieux écouter tout ce qui me passait à l'intérieur. Les paysages défilaient, doucement, paresseusement. Le brouillard se dissipait et le soleil réchauffait déjà les petites montagnes.

C'est ça, qui me parait indéchiffrable. Comment accepter que le soleil se lève toujours, de continuer à vivre, seulement vivre de façon terriblement scientifique, sans s'effondrer ? Comment ne pas vouloir dire stop !! J'arrête là. J'arrête avec lui. Juste un moment. Une pause.

Non, il faut tout de suite remettre la machine en route, comme si le vide n'existait pas. Et puis parce que le vide laisse soudain place à tellement de choses. Des souvenirs, des questions, des leçons de vie, des réflexions. Et  la vie qui ne se lasse pas d'avancer.

Au milieu de toutes ces questions que me renvoie F. en laissant toute cette place, il y a une certitude. Certes un peu naïve et insignifiante... Ne pas attendre pour vivre, exprimer, prendre soin de soi et des gens qu'on aime, faire ce qui nous semble essentiel pour être ce qu'on est. J'ai eu l'impression, ce matin là, en nettoyant les tables de la terrasse à côté du lac couleur émeraude que F. était là dans ce grand morceau de roche, qui surplombait le restaurant. Il me lançait un éternel sourire, l'air de dire, "relève toi, toujours quoi qu'il arrive, il n'y a qu'une chose qui soit fatale et on dirait que j'ai les deux pieds dedans !"

J'espère pour tous les proches de F. qu'ils le retrouveront dans ces signes de la vie, qu'ils sauront garder les meilleurs des souvenirs, ce que F. leur a apporté et qu'ils pourront trouver ce qu'il a laissé et qu'ils devront garder...

Publié dans J'invente ma vie

Commenter cet article

voyance gratuite 27/02/2017 16:33

Grâce à votre site je viens d’appendre plusieurs choses. Continuez !

voyance par mail gratuite 08/06/2016 17:29

Je ne prends pas assez de temps pour te lire mais à chaque fois j’en apprends toujours un paquet ! Je vais profiter de cet été pour faire tout ca ! Bref tout ca pour te dire merci pour tous ces conseils !!

Ori 30/09/2008 19:38

Quel beau témoignage pour F. Allez courage!