Noël, comme tous les ans. Ou pas.

Publié le par Boumille


Je ne vais pas commencer par souhaiter Joyeux Noël. Noël, c'est demain, aujourdh'ui c'est le réveillon. Mais c'est pas grave, c'est vrai que c'est mieux de faire durer cette période le plus longtemps possible.

Je devrais écrire plus souvent parce que là, je ne sais pas par où commencer, plein de petites et grandes belles choses se sont passées depuis 10 jours.

En vrac, le bel anniversaire de M. avec son beau sapin aussi vrai que dans un magazine, un moment où j'ai oublié que parfois, c'est dur de trouver sa place. Mais là, pas de questions.

J. est passé à la casserole de l'hôpital, il a un genou qui fait deux fois son tour de taille. J'ai ramené J. chez moi pour faire sa garde malade. Je ne suis pas très douée pour ce genre de tâche, parce que pas patiente, pas écoutante, indépendante. J. s'ennuie, vole toute la journée à cause de la codéine, et s'enveloppe de glace. J. pourrait remplacer un troupeau d'éléphants tellement il fait trembler l'appartement quand il se déplace. Heureusement, il a sa guitare et à 25 ans, il en a fait son doudou. Hier soir, j'ai tiré le rideau du lit et je vois un grand petit garçon, pratiquemment endormi, avec sa guitare dans les mains, chantant et gratouillant toujours.

Lundi était la journée des visites à domicile au 25 B rue de la Préfecture. Papa Ti'Nouilles et Maman Violette, Piou et Tapiok' le chat sont passés. Ereintés. C'est peut être à cause du Père Noël. Ils sont restés un instant dans le lumière vagabonde de l'appartement.

M. et A. les ont remplacés quelques heures après. Apportant des cadeaux qui portent chance (un trèfle à 4 feuilles à 1000€, t'y crois pas! ), qui rendent plus belle que belle, qui sont jolis, utiles et aussi écologiques. Foie gras, quiche sans pâtes (quoi tu sais pas ce que c'est ?!?), fondue au chocolat, jeux qui rendent fous (va deviner que t'es le Colonel Moutarde au jeu de Marie Antoinette) et rigolades à gogo.

Ce matin, le matin du 24 décembre, je suis sortie dans la ville à l'heure que j'aime, où normalement, il n'y a pas un chat. J'avais oublié qu'on était le 24. La ville chuchotait et bruissait de cadeaux livrés à l'heure (pas comme les miens !), de gens qui marchaient à mille à l'heure. Je n'ai jamais vu autant de camions que ce matin. Ben oui, le traîneau, il suffit plus maintenant, y a trop de cadeaux. Les bus s'impatientaient. Il paraît que Maty a brûlé cette nuit... Les clochards avaient l'air presque heureux. Les petites baraques de Noël dormaient encore.

J'attends avec impatience l'effervence de la maison ce soir. Maman Violette débordée par la cuisine et le Père Nöel. Papa Ti'Nouilles coupera du bois, ou pas. Les garçons se chamailleront dans la cuisine. Piou sera sûrement enfermée dans sa chambre. Ou pas. Ce soir, à table, on criera, on rigolera, on se moquera, on se disputera, on pleurera. Ou pas. Noël sera peut-être différent des autres années. On grandit. La seule qui ne changera pas, c'est que demain, vous pourrez voir 5 grands enfants débouler dans la chambre des parents à 8h (ou plus tôt), pour scander : "c'est quand qu'on les ouvre, vite le Père Noël est passé, réveillez vous !!"

Publié dans Enfantille

Commenter cet article

voyance en ligne 23/09/2016 11:20

Tu touches un point sensible là en effet je pense aussi que c’est un manque de confiance en moi.

Ori 24/12/2008 12:49

Ben moi je te souhaite un Joyeux noël tout de suite ^^ na